Peut-on prévoir l’imprévisible ?

« P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non… ». cette fameuse réponse de Normand semble appropriée.

Vous vous souviendrez certainement du cygne noir popularisé par le livre de Nassim Taleb intitulé « The Black Swan : The impact of the Highly Improbable » dans lequel il illustre, en 2007 déjà, le caractère hautement improbable d’un événement pouvant, malgré tout, avoir des conséquences majeures.

Ce concept est revenu au-devant de la scène en 2008 lors de la crise financière, un an à peine après la publication de ce livre et, plus encore, lors de la survenance de la pandémie débutée en 2019 qui s’est propagée telle une trainée de poudre aux quatre coins du monde faisant des millions de victimes.  

Cet événement planétaire a démontré l’absence criante de préparation des autorités publiques et mis en évidence la vulnérabilité de nos systèmes de soins de santé et de nos économies.

Etait-ce prévisible ?

A postériori, il est tentant de refaire l’histoire. En tout état de cause, il est essentiel de reconnaître les limites de la prévisibilité face à de tels phénomènes, par définition, tant imprévisibles qu’extrêmement rares.

En tant que dirigeant de TPE/PME, vous pouvez mettre en œuvre de nombreuses approches pour tenter d’être le plus proactif possible, par exemple, en instaurant une veille qu’elle soit concurrentielle, technologique, politique et/ou économique. Cette surveillance complétée par des outils d’analyse et de modélisation des risques, vous permettra de repérer d’éventuels changements inattendus pouvant impacter vos activités.

Questionnez objectivement vos vulnérabilités et effectuez des tests de résistance tels qu’appliquer dans le secteur bancaire afin d’évaluer la capacité de votre organisation à faire face à l’imprévu.

Pensez également à la diversification que ce soit de vos sources de financement ou d’approvisionnement, de vos clients ou de vos fournisseurs pour réduire les impacts d’événements imprévus.

L’intelligence collective peut également contribuer de manière significative au développement de scénarios d’anticipation qui seront réévalués régulièrement pour en assurer la pertinence.

Construisez des ponts solides avec d’autres acteurs de votre secteur dans le but de partager des ressources, des compétences et des informations utiles, en particulier, si vous êtes à la tête d’une TPE/PME.

Il ne faut, bien entendu, pas sombrer dans la paranoïa mais une chose est sûre : plus votre organisation sera sensibilisée à cette problématique, plus elle sera flexible et réactive et mieux elle sera équipée pour faire face au cygne noir.