Gestion d’entreprise – Vous avez envie de jeter l’éponge ?

La vie d’entrepreneur est pleine de fantasmes pour le néophyte : pas de boss, pas d’horaire et gros salaires.

La réalité est tout autre et la crise du COVID n’arrange rien. Après plus de 11.800 faillites en 2019, on s’attend au pire en 2020. Certains parlent de 30.000 à 40.000 faillites d’autres plus pessimistes encore font état de chiffres bien plus alarmants.

Le dépôt de bilan est une décision lourde de conséquence sur le plan professionnel et privé.

Avant de décider d’arrêter, faites le diagnostic objectif de la situation même s’il existe une composante  émotionnelle importante.  

Il est bon de rappeler les 3 conditions de la faillite selon l’article 2 de la loi du 8 août 1997 du Code de commerce.

« tout commerçant qui a cessé ses paiements de manière persistante et dont le crédit se trouve ébranlé est en état de faillite » 

Seuls les commerçants peuvent être déclarés en faillite. Ceux-ci peuvent être des personnes physiques ou morales, à savoir des sociétés dont l’objet est commercial.

Il doit avoir cessé ses paiements de manière persistante de sorte que le non-paiement temporaire de créances ne remplit pas la condition exigée.

Et enfin, il faut que le crédit du commerçant soit ébranlé c’est-à-dire que le commerçant ne dispose plus de la confiance des créanciers et des investisseurs, telles les institutions bancaires.

Avant d’en arriver là, les questions à se poser sont :

–      est-ce que la situation est exceptionnelle ou chronique ?

–      quelles sont les causes de cette situation (profitabilité, secteur en difficulté, trésorerie,…)

–      quelles sont les perspectives d’amélioration pérenne ?

–      avez-vous les moyens de redresser la barre ?

Explorez toutes les pistes de redressement. La procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) peut faire partie de ces pistes.

Si votre business était sain et que la situation de crise actuelle est liée à des éléments exceptionnels, il est probable qu’il existe des solutions pour vous remettre sur les rails.

Si par contre aucune de ces pistes ne permet de renouer avec un niveau d’affaire acceptable, il peut être préférable d’accepter l’augure plutôt que de s’entêter et prendre des risques inconsidérés pour votre entreprise, vous-même et peut-être même vos proches.

Faites-vous accompagner par un expert en redressement d’entreprises (turnaround management ou management de crise). Votre expert-comptable sera de bon conseil.