Candidats-cédants : qu’allez-vous faire après avoir vendu votre société ?

Les candidats-cédants sont souvent confrontés à une question en apparence anodine mais qui revêt une importance capitale : que comptez-vous faire après avoir cédé votre société ?

Cette interrogation, souvent traitée de manière superficielle, renvoie à une pléthore de clichés associés aux choix offerts par l’arrivée d’une somme d’argent considérable.

Il est, cependant, intéressant de constater que certains cédants, avec lesquels j’ai eu l’occasion d’échanger, partagent leurs désillusions, leur sentiment d’oisiveté, voire leur profond ennui, allant jusqu’à regretter la cession de leur entreprise. Paradoxalement, pour certains d’entre eux, cette expérience s’avère si insatisfaisante qu’ils décident de se lancer dans un nouveau projet entrepreneurial.

La raison de cette dissonance entre le rêve et la réalité réside dans le manque coupable d’une préparation rigoureuse et en profondeur.

Prenons, par exemple, la planification financière. Que comptez-vous faire du produit de la cession ? Envisagez-vous de l’utiliser pour améliorer votre train de vie ou prévoyez-vous de l’investir dans des actifs plus ou moins risqués ? Face à de tels enjeux, il est impératif de recourir aux conseils avisés de spécialistes en gestion de patrimoine afin d’optimiser cette transition financière.

Alors que vous aspirez à des jours paisibles, il est crucial de comprendre que le manque de préparation peut entraîner des conséquences dévastatrices, tant pour vous que pour vos proches.

En effet, il ne faut pas sous-estimer l’interconnexion entre votre personne et votre entreprise. La cession de cette dernière peut conduire à une perte d’identité, un sentiment de vacuité et d’inutilité, avec pour corollaire potentiel l’isolement social, voire la dépression et ses répercussions néfastes sur votre entourage.

Ainsi, la « séparation » doit être minutieusement planifiée car les dimensions relationnelles et émotionnelles revêtent une importance primordiale dans ce processus.

Je me souviens notamment d’une cédante qui m’a confié un jour n’avoir jamais anticipé les impacts d’un changement professionnel et d’une cohabitation permanente avec son conjoint. L’insatisfaction croissante a engendré des tensions familiales si intenses que le couple n’a pas réussi à les surmonter. Quel gâchis !

Néanmoins, il faut absolument souligner que cette conclusion dramatique n’est en aucun cas inéluctable. Le meilleur antidote à cette situation est une réflexion proactive avant même d’entamer le processus de cession.

Pour réussir votre transition et tendre vers « le bonheur », je vous encourage vivement à définir des objectifs clairs pour votre vie post-cession, à explorer de nouveaux intérêts, à renforcer vos relations sociales, à prendre soin de votre bien-être physique et mental, et, surtout, à tirer profit de votre expérience en vous investissant en tant que bénévole et/ou mentor dans des œuvres caritatives ou des projets entrepreneuriaux.

Je vous souhaite sincèrement une transition réussie et épanouissante vers cette nouvelle phase de votre vie.

Aslam Bakkali

GSM 0478.55.80.06

aslam.bakkali@businessdoctors.be